Après les dépositions des officiers de police et des proches du défunt Soopramanien Kistnen, c’était hier au tour du Dr Ananda Sunassee, médecin légiste, de donner à la cour une explication sur son rapport.

L’autopsie avait démontré que la victime avait une certaine dose de Pethidine dans le sang. Selon les affirmations du médecin en question, ce puissant analgésique (antidouleur) ne peut être obtenu dans une pharmacie et est d’habitude administré aux femmes sur le point de donner naissance afin de réduire la douleur lors de l’accouchement. De plus, cette drogue pourrait entraîner une sensation de vertige voire même le coma dans l’éventualité où elle serait prise à une dose plus élevée.

Nous savons aussi de par le rapport de l’autopsie et la déposition du Dr Ananda Sunassee, que Soopramanien Kistnen était toujours en vie et ne s’est pas débattu alors qu’il était en feu. Afin de demeurer immobile, la victime devait avoir au minimum 100mg de Pethidine dans le sang – information qui a été confirmée par le médecin légiste. Dans cet état léthargique si ce n’est comatique, il serait quasi impossible que la victime aurait emprunté un véhicule ou même s’adonner à une marche à pied afin de se rendre à Telfair pour ensuite se mettre le feu de manière contrôlée.

Prenant en considération que les derniers signaux de son téléphone ont été émis à Quatre-Bornes et que son cadavre a été retrouvé à Moka, nous sommes poussés à croire que Soopramanien Kistnen a probablement était drogué (de force) par moyen d’injection alors qu’il se trouvait dans la région de La Louise et qu’il a par la suite été transporté dans un véhicule jusqu’au champ de cannes à Telfair. 

Pour information, la déposition du médecin légiste qui avait pratiqué l’autopsie sur le corps de Soopramanien Kistnen, continuera en cour de Moka ce matin. L’homme sera probablement interrogé par l’avocat du parquet, Me Azam Neerooa.